Blog, Découvrir

Café hypnose au Grattoir

En ce mois de Janvier, on s’est rendues à un événement pour le moins surprenant : Un café Hypnose proposé par Gwénaël Knichel ostéopathe et hypnotiseur ericksonien, au bar associatif Le Grattoir à Gérardmer. Face au manque de connaissances et bien souvent, à un trop plein de mysticisme qui entoure la pratique, l’hypnotiseur a décidé de familiariser les clients du bar à cette pratique qui sort des sentiers battus. Enfin, en seconde partie de soirée nous avons eu la chance de participer à une courte séance d’initiation hypnotique. 

 

Bar Le Grattoir, Gérardmer.

La conférence : 

En guise de préambule, la séance prend place autour d’un débat de plus d’une heure sur la pratique de l’hypnose et les questions qui l’entourent. Pour Gwénaël, qui souhaite démocratiser sa profession,  il est important que l’échange soit interactif avec le public afin que ce dernier soit en mesure de comprendre la portée exacte de son travail. Sanat a donc décidé de vous transcrire un compte rendu de cet échange enrichissant surtout pour les novices (comme nous !).

  • Quel est le lien entre l’hypnose et l’activité cérébrale ?

L’hypnose est avant tout un état du cerveau, généralement, l’activité cérébrale se mesure en ondes électriques ( Hz). Ainsi,  durant la journée, quand l’activité cérébrale est la plus importante, les ondes électriques produites sont comprises en moyenne entre 12Hz à 40 Hz ce sont des ondes Beta. A l’inverse durant le sommeil profond, le cerveau travaille moins, il se trouve alors dans un activité mesurable entre 0,3 Hz et 3Hz, ces ondes sont quant à elles appelées ondes Delta. De plus, on remarque que le cerveau n’aura pas une activité maximale tout au long de la journée mais que, entre ces deux niveaux, il y a des variations (ondes alpha et Thêta). Ces variations d’ondes, qui se situent entre le conscient et l’inconscient sont appelées  « phase de transe hypnotique ».

Aussi étonnant que cela puisse paraître, on observe que naturellement, nous passons par des périodes de transe hypnotique entre 15 et 20 fois par jour ; on ne dort pas mais, le cerveau fait cette action afin de stimuler et de faire fonctionner la mémoire. Quand on lit par exemple, on ne peut se rappeler immédiatement du contenu de ce que l’on vient de lire, il faut avant cela que le cerveau se mette rapidement dans un état de transe hypnotique afin de graver l’information dans notre mémoire. La transe hypnotique se produira aussi pour nombre d’autres actions, comme durant la digestion, ou quand le corps subit des agressions extérieures.

A titre d’exemple et pour rendre les choses un peu plus concrètes, on peut illustrer cela par un état de transe hypnotique que l’on a déjà tous vécu. Combien de fois nous arrive-t-il de faire un trajet régulier et une fois arrivé à destination de ne plus se rappeler du trajet que l’on vient alors tout juste de faire. L’explication est simple, notre cerveau était alors dans un état de transe hypnotique, ainsi notre cerveau a fonctionné mécaniquement, nous avons bien conduit par habitude, mais cependant une partie du cerveau s’était mise d’elle-même au repos.

Gwénaël Knichel

  • Comment l’hypnose va agir par ce biais ?

Après avoir compris ces quelques bases indispensables bien que peu digestes on vous l’accorde, on va pouvoir comprendre le champ d’action de l’hypnose. Durant une séance d’hypnose, on va donc essayer de se plonger en phase de transe hypnotique. Pour ce faire, on cherche donc à ralentir notre activité cérébrale et à se plonger volontairement dans un état léthargique, ainsi, on facilitera le dialogue entre le conscient et l’inconscient, essence même d’un travail d’hypnose. La transe hypnotique va ainsi nous permettre de ressentir plus justement les émotions, ou les douleurs physiques et à partir de cela,  le travail d’hypnose consistera alors à modifier notre point de vue sur cet élément afin de le percevoir différemment par la suite et ainsi passer outre un problème que l’on arrive pas à résoudre par soi-même.

  • Pourquoi l’hypnose ?

L’hypnose est liée à nos 5 sens ( gout, odorat, ouïe, toucher et vue) qui influent directement sur notre inconscient , mais ces ressentis primaires se voient parfois brouillés par nombre de nos activités conscientes, l’hypnose va alors construire un cadre à travers une histoire métaphorique afin de modifier les perceptions de nos sens. C’est pour cela que Gwénaël Knichel souligne l’importance d’adapter cette histoire au profil de la personne afin de l’ajuster le plus possible à son parcours de vie et ainsi travailler de manière plus efficace. Effectivement, chaque personne a un vécu qu’il faut manipuler avec précaution. Gwénaël met aussi bien en avant le fait que l’hypnose n’est  » rien de plus » qu’une technique de contrôle sur soi et donc que l’hypnotiseur n’est rien de plus qu’une aide et qu’en aucun cas, il n’est revêtu de pouvoirs spécifiques ou d’un don.

  • Qu’est ce que l’hypnose Ericksonienne

Gwénaël ne manque pas de souligner que son travail en tant qu’hypnotiseur a une porté uniquement thérapeutique, il ne vante pas les séances d’hypnoses « spectacle » comme on le voit souvent dans les émissions de show hypnotiques. Outre cela, il nous explique aussi que différents courants existent dans l’hypnose thérapeutique, lui pratique un certain type d’hypnose dite Ericksonienne. Ce courant a été inspiré des pratiques de Milton Erickson, il se base sur la rééducation du corps par l’esprit,  l’idée principale de ce courant, réside dans le fait de vouloir changer quelque chose dans son futur et d’utiliser ses propres ressources pour cela.

  • Certaines pratiques hypnotiques peuvent-elles être dangereuses ?

Oui, le risque principal est celui de la régression. Dans certaines techniques d’hypnose (non pas dans l’hypnose Ericksonienne ) on cherche à retourner mentalement dans le passé. Cependant, si cela est mal pratiqué, alors la personne risque de vivre une deuxième fois le trauma qu’elle a subi  ( viol, agression..) et donc de régresser face à ce problème. Dans ce type de situation on voit donc que l’hypnose peut être nocive si elle est pratiquée d’une mauvaise façon.

  • Au delà du fait de lutter contre quelque chose ou  de régler des problèmes, certaines nouvelles utilisations de l’hypnose sont apparues ces dernières années pour apprendre une langue étrangère par exemple. Qu’en est-il ?

Pour Gwénaël c’est totalement possible, comme on l’a expliqué plus tôt,  pour apprendre le cerveau doit passer par un épisode de transe hypnotique afin d’imprimer dans la mémoire l’information. Ainsi, on peut donc en déduire que si l’hypnose proposée est efficace alors le patient pourra par ce biais profiter et accélérer l’apprentissage dans de divers domaines qui stimulent la mémoire. Il nous cite à titre d’exemple, des pratiques d’hypnose pour stimuler la créativité de la personne , en lui parlant avec un langage imaginaire durant l’hypnose mais tout en ayant une intention profonde dans ces paroles. Le cerveau serait alors capable d’actionner son imagination et donc sa créativité provenant de l’inconscient et apparaître par le biais de l’hypnose dans le conscient de l’artiste.

 

La séance d’initiation Hypnotique.

Après avoir compris les fondements de la pratique et ainsi l’appréhender de manière juste, Gwénaël nous a convié en deuxième partie de soirée à une initiation hypnotique. Il nous assure que cette séance d’environ 20 minutes nous permettra de reposer notre cerveau comme s’il avait bénéficié de 3 heures de sommeil profond.

On s’installe alors en demi-cercle, tout en formulant une idée positive que l’on travaillera durant la séance. Guidé par la voix de l’hypnotiseur, on focalise notre attention successivement sur nos sens. En premier lieu la vue que l’on stimule en fixant un point précis dans l’espace, ensuite l’ouïe en se focalisant sur un son présent dans l’environnement dans lequel on se trouve, et enfin le toucher en pensant à une partie de notre corps. Tout cela est aussi accompagné par des moments d’attention plus soutenue sur notre respiration. Enfin, arrive le moment de fermer les yeux après son fameux  » je vais compter jusqu’à  trois et vous allez fermer vos yeux, 1,2, et 3″. C’est à ce moment-là seulement que l’on introduit l’idée que l’on avait formulée avant la séance.

A la fin de la démonstration,  les avis et ressentis sont divers, certains auront juste l’impression d’avoir fait un travail similaire à celui d’une séance de relaxation( ce qui est mon cas ), alors que d’autres ont vécu une aventure intérieure beaucoup plus intense. Certains se sont endormis, et d’autres sont par exemple en sueur sans y trouver aucune explication.

Ce qui est sûr c’est qu’en une soirée seulement Gwénaël Knichel, nous a permis de comprendre plus concrètement ce qu’était l’hypnose, et les champs du possible que cette pratique peut ouvrir.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *